A ne pas Rater !!!!

mercredi 20 mars 2013

En avant première, une partie de la collection exclusive Levi's® X Liberty London


Crédit: Levi's x Liberty



Quand 2 marques emblématiques s'associent, on est forcément impatient ! Alors découvrez, en avant première, une partie de la collection exclusive Levi's® X Liberty London.... Deux grandes maisons qui ont en commun la tradition mais aussi la création.
On aime : les imprimés Liberty conçus en exclusivité pour cette collection et les coupes créées par Levi's®  qui proviennent des archives de la marque et qui ont été réinterprétées, selon les tendances actuelles.
La collection Levi’s® X Liberty London comporte 15 pièces dont l'emblématique short en jean 501®, la veste Trucker, un jean skinny boyfriend, un bustier et une petite collection très attendue d'accessoires, allant de 80 à 220 €.
La collection sera disponible exclusivement chez Liberty London sur Regent Street, à Londres, en avril, avant d'arriver dans certaines boutiques Levi’s® dans le monde entier dont le Levi’s flagship store Champs Elysées, Etienne Marcel et Opéra et en ligne sur liberty.co.uk et levi.com début mai.
Alors on guette impatiemment l’arrivée de ces pièces “collector” sur la toile !
source : femme actuelle

Mathieu Valbuena : L’objectif est clair : se qualifier pour le Mondial 2014


- GHERDOUSSI PATRICK/PRESSE SPORTS


LE FIGARO : Comment abordez-vous cette semaine décisive pour l’équipe de France ?
Mathieu Valbuena : L’objectif est clair : se qualifier pour le Mondial 2014. Il sera primordial de s’imposer contre la Géorgie (vendredi) pour se placer dans les meilleures conditions pour défier l’Espagne (mardi suivant). Il faudra être très patient face aux Géorgiens, ils vont tous rester derrière. L’Espagne est toujours le grand favori du groupe. Mais lors du match aller à Madrid (1-1), on a montré qu’on pouvait l’inquiéter. On a confiance en nos capacités. Il faut rééditer ce type de performance. C’est ce qu’attendent nos supporteurs. Ils ont trop souvent été déçus par les Bleus ces dernières années.
Le nul en Espagne ? Un déclic. On est désormais convaincus de pouvoir rivaliser avec les plus grosses sélections.
Le nul arraché en Espagne a-t-il modifié la perception que les Bleus avaient d’eux-mêmes ?
Cela a été un déclic. Lors du quart de finale du dernier Euro, nous n’avions pas existé face aux Espagnols (2-0). Tout le monde pensait que nous allions recevoir une gifle à Madrid. Au-delà du résultat positif, on a vu une vraie équipe, déterminée et solidaire. Notre manifestation de joie sur l’égalisation de Giroud témoigne de cet état d’esprit. Ce sont des moments importants dans la vie d’un groupe. Le signe que des liens forts se sont tissés entre les joueurs. On est désormais convaincus de pouvoir rivaliser avec les plus grosses sélections.
Quelle est l’influence de Didier Deschamps dans cette prise de conscience collective ?
Dès son arrivée, il a insisté sur les valeurs de rigueur et de discipline. Avec lui, il n’y a aucun passe-droit. Tous les joueurs sont sur un pied d’égalité. On a le sentiment de progresser. Il sait transmettre aux joueurs sa niaque et son envie de gagner. Didier Deschamps cherche à tirer le meilleur de son groupe. Il le place devant ses responsabilités en disant clairement ce qu’il attend de lui. Il est exigeant car il est convaincu que l’on peut faire de grandes choses. Il nous pousse à nous dépasser.
Et pourtant votre collaboration à Marseille a mal débuté…
Notre relation a été délicate au départ. Il a été dur mais juste. Il m’a expliqué ce qu’il attendait de moi et les raisons pour lesquelles il ne me faisait pas jouer. Il m’a demandé de donner plus de passes décisives et de marquer plus de buts. J’ai épuré mon jeu pour gagner en efficacité. Son exigence m’a permis d’élever mon niveau.
Vous vous épanouissez avec les Bleus depuis qu’il est devenu sélectionneur…
J’ai l’impression d’avoir franchi un cap. Plus tu disputes de matchs internationaux, plus tu gagnes en maturité et en expérience. La sélection est quelque chose de très représentatif dans une carrière. Je m’y épanouis d’autant plus que le sélectionneur me demande d’y évoluer au poste que j’affectionne.
Le numéro dix est lourd à porter. On sait qui occupait ce poste dans le passé. Cela me motive plus que cela m’effraie.
Meneur de jeu des Bleus, un sacré défi ?
Cela implique beaucoup de responsabilités. Le numéro dix est lourd à porter. On sait qui occupait ce poste dans le passé. Cela me motive plus que cela m’effraie. J’essaie d’être à la hauteur en m’appuyant sur les valeurs d’abnégation qui m’ont permis de progresser durant ma carrière. Je m’efforce de faire jouer mes partenaires et d’être décisif. À ce poste, je dois créer le mouvement en étant toujours disponible pour le porteur du ballon.
Avez-vous douté de vos capacités à vous imposer au niveau international ?
J’ai souvent eu l’impression que l’on m’accordait moins de crédit qu’à d’autres, mais j’ai continué mon bonhomme de chemin sans douter de mes qualités. La reconnaissance me fait plaisir même si elle arrive tardivement. On a longtemps émis des doutes sur ma capacité à atteindre le niveau international. Je me suis moi-même posé cette question. Je suis fier d’avoir prouvé le contraire. Ma bonne entrée en jeu contre l’Espagne a nourri ma confiance. Je suis persuadé que je peux aussi être performant dans les grands matchs.
Vous avez récemment évoqué vos débuts professionnels difficiles. En avez-vous souffert ?
Cela tient peut-être à mon parcours, puisque j’évoluais en National avant de rejoindre l’OM. Mon gabarit ne m’a pas aidé non plus. Quand tu mesures 1,67 m, ce n’est pas évident de s’imposer dans un milieu où il y a beaucoup de monstres physiques. C’est une grande fierté d’avoir pu vaincre les préjugés. J’ai toujours eu plus à prouver que les autres. Ma carrière s’est construite ainsi. Cela a été un mal pour un bien. Cela m’évite aujourd’hui de me reposer sur mes lauriers. Je dois donc continuer à avancer en faisant preuve de la même détermination et de la même humilité.
source : sport24

vendredi 1 mars 2013

la collection printemps été 2013 de Zara


Franchement cette collection n'est pas ma préférée , mais bon je vous la présente quand même , tout est relative , il se peut qu'elle vous plaise.



-->


Alors qu'en dites vous ???

Moi j'ai aimé le collier col Claudine , les sandales orange et bleu vert, la petite jupe mosaïque doré et le collier plumes sinon le reste j'aime pas du tout

Le couple Jayoncé : Jay-Z et Beyoncé collectionnent les chaussures conçues avec la peau de plusieurs animaux


La PETA (l'association de défense des droits des animaux) est folle de rage contre Jay-Z et Beyoncé car ces derniers adorent les pièces uniques en matière de chaussures .

Lors de son dernier concert donné au SuperBowl, la chanteuse avait porté une combinaison en cuir d'iguane et de python.

la voilà en photo


© Cover Media

La dernière folie de Beyoncé ? Une paire de sneakers conçues avec la peau de 5 animaux différents : crocodile, autruche, veau, raie pastenague et anaconda. Fan des baskets d'Isabel Marant qu'elle a d'ailleurs porté dans son clip "Love on top", la chanteuse a demandé à la société PMK de lui fabriquer ses propres sneakers sur mesure inspirées du célèbre modèle de la styliste.





 
Tumblr officiel Beyoncé



Jay-Z, lui aussi cultive un intérêt pour les pièces rares et exotiques, il avait lui même porté une paire de Jordans fabriquées par PMK avec la peau de 7 animaux différents.

Le dressing des Jayoncé est une vraie jingle !!!!