A ne pas Rater !!!!

mercredi 21 mars 2012

Tom Ford arrive en toute discrétion à Paris

Le designer américain Tom Ford ouvre - enfin ! - sa première boutique homme à Paris

Photo DR
Le créateur texan, Tom Ford

Cinq ans après le lancement de sa ligne homme, le designer texan ouvre un écrin masculin dans la capitale, suivi d’une deuxième boutique plus grande, à l’automne, qui comprendra également sa collection femme.
Enfin ! Après New York, Londres, Milan, Hongkong et Shanghaï, mais aussi Zurich, Houston, Calgary (Canada) ou Bakou (Azerbaïdjan) qui ne sont pas connues comme des villes fashion, Tom Ford implante sa 59e boutique à Paris, dans le triangle d’or, au 48 bis de la rue François-Ier, qui compte plusieurs autres grands «  faiseurs  » de la mode masculine. À partir de la rentrée prochaine, il devrait également s’installer au 376, rue Saint-Honoré, pour y présenter l’ensemble de son univers homme et femme de façon plus spectaculaire. « Je suis très heureux d’ouvrir cette première boutique à Paris, confie l’ancien di­recteur artistique de Gucci et d’Yves Saint Laurent, car une partie de nos clients de Manhattan ou de Milan sont, en fait, des Français. »

Un Tom Ford d’autant plus heureux que la recherche de l’adresse idéale n’a pas été une ­mince affaire dans la capitale où nombre d’autres griffes internationales sont à l’affût de bons emplacements. Car, au-delà de la clientèle locale, les touristes, qui descendent dans les grands hôtels des beaux quartiers, ­raffolent de shopping. Sur trois étages, à la place de l’ancienne boutique Ermenegildo Zegna, cette première adresse parisienne du designer texan est présentée comme un lieu où « quiconque pénètre a rendez-vous avec l’éternel masculin  ». Rien de moins ! C’est vrai qu’il faut oublier le passé et, encore plus, le système Ford sous pavillon italien, dont chaque nouvelle collection visait à démoder la précédente, à la fin des années 1990 et début 2000, pour mieux appréhender son univers homme.
 

Photo DR
Collection Tom Ford

Un dressing idéal

Désormais, les saisons se suivent et se ressemblent. Elles ne sont pas dévoilées lors d’un défilé à grands frais, mais à l’occasion d’une présentation intimiste qui encourage à détailler la coupe, les matières, le souci accordé aux détails. On parle d’un dressing idéal allant de la ville au sportswear, en passant par les vêtements d’intérieur. D’une garde-robe complète conçue des costumes aux chaussettes, des chemises aux pull-overs, des cravates aux boutons de manchette, des souliers à la petite maroquinerie. Une grande majorité de ces pièces sont disponibles sur mesure. L’ensemble s’adresse à un élégant plus sensible aux questions de qualité que de tendance.
C’est un mythe de croire que le style des hommes évolue en permanence.
En 2007, lors de la mise en lumière de cette nouvelle offre très haut de gamme et de l’inauguration d’une première boutique sur Madison Avenue, à New York, Tom Ford déclarait : « C’est un mythe de croire que le style des hommes évolue en permanence. Le look de chacun est avant tout dicté par ses goûts, ses habitudes et ses besoins. Ces derniers temps, la mode a eu tendance à devenir un phénomène de masse. Elle s’est mise à dicter une silhouette saisonnière, une gamme de couleurs et des accessoires phares pour tous, mais cette standardisation n’a rien à voir avec le luxe. »
Depuis, cette approche plus intemporelle de la mode masculine a fait des émules dans d’autres groupes et maisons – Berluti pour ne citer que la dernière en date -, à défaut de rencontrer pleinement le succès escompté chez Ford.

En 2008, la récession l’a notamment amené à revoir sérieusement à la baisse ses projets d’implantation dans le monde. En vérité, sa griffe s’est avant tout fait une belle place dans les parfums et les maquillages créés avec Estée Lauder et, encore plus, dans les lunettes optiques et solaires éditées avec l’italien Marcolin et exposées au rez-de-chaussée du magasin parisien.
Dans les deux étages supérieurs, une jolie sélection du prêt-à-porter et des accessoires Tom Ford est rassemblée dans un espace de 148 mètres carrés au total, orchestré comme un triplex fait de petits salons, avec des sols en marbre de Carrare, des murs tendus d’anthracite et du mobilier en ébène de Macassar. Le tout mis en scène avec la complicité de l’architecte Bill Sofield, allié de toujours du designer américain, qui, tout en maintenant le concept esthétique du premier magasin sur Madison Avenue, a veillé à s’insérer dans la structure historique du lieu. L’étroitesse de ce bâtiment, érigé tout en hauteur, donne une impression moins majestueuse que dans les autres boutiques de Ford. Mais plus intimiste et qui correspond tellement bien à ­l’humeur de Paris, du luxe actuel et, surtout, des hommes élégants qui ­affectionnent les adresses plus confidentielles.
source: Madame Le Figaro

 







0 commentaires:

Enregistrer un commentaire